Lovecraft: L’intégrale prestige des éditions Mnémos

Après une campagne de Crowdfunding exceptionnelle lancée par les éditions Mnémos en avril 2018 et qui a permis de récolter près de 400 000€, l’intégrale prestige de Lovecraft verra bien le jour. Qu’espérer de cette édition tant attendue par les lecteurs du maître de l’épouvante?

Une campagne qui souhaitait collecter 10 000€

En lançant leur campagne au mois d’avril, les éditions Mnémos avaient comme objectif de récolter 10 000€. Une somme qui permettrait de proposer une édition prestige de l’oeuvre d’Howard Phillips Lovecraft, connu pour son univers d’épouvante et pour son célèbre dieu à tentacules, Cthulhu.

Cette campagne de financement participative qui espérait réunir ces 10 000€ en 1 mois aura atteint son objectif en à peine une semaine. Dépassant toutes les attentes, elle aura permis d’atteindre le résultat record de 400 000€, une première en France pour le financement d’une oeuvre littéraire. Après cette réussite, il est facile d’imaginer que d’autres maisons d’éditions passeront par ce moyen de financement pour promouvoir la sortie d’éditions collectors.

Qu’attendre dans l’intégrale?

Grâce à cette campagne collaborative des éditions Mnémos, l’intégrale prestige comportera 7 volumes, avec pas moins de 50 illustrations réparties entre les différents tomes. Le tout sera accompagné d’un coffret collector permettant de les accueillir. A cela se rajoutent des documents annexes sur l’oeuvre de Lovecraft et sur ses sources d’inspiration. L’impression sera réalisée sur un papier de qualité supérieur, afin d’apprécier pleinement la qualité du texte et des illustrations.

Malgré la fin de cette campagne collaborative, il est toujours possible de se procurer l’intégrale prestige jusqu’au mois de septembre. Pour l’acquérir, il faudra débourser la somme de 120€. Une somme modique quand nous voyons tout ce que regroupera cette intégrale. Néanmoins, il faudra être patient pour tous ceux qui souhaitent acquérir cette édition française exceptionnelle. En effet, les éditions Mnémos ont annoncé une date de sortie pour le deuxième trimestre 2019.

Et vous, quelle intégrale souhaiteriez vous voir être rééditée en France?

coffret-HPL

photo: http://www.mnémos.com

Publicités

Le livre numérique: quelle sorcellerie!

Depuis son apparition dans les années 1970 avec le projet Gutenberg qui avait comme objectif de numériser le plus grand nombre d’œuvres afin de faciliter leur accès, le support numérique a fait couler beaucoup, beaucoup, beaucoup d’encre. Boycotté par certains, image d’avenir pour d’autres, ce support semble avoir de beaux jours devant lui malgré ses détracteurs.

Team papier ou team numérique ?

Quand je parle de livres numériques, j’ai l’impression de me retrouver face à deux types de personnes. D’un côté il y a la team papier, pour qui il est impensable de lire un livre autrement qu’au format papier. Pour eux, le livre est avant tout un objet. C’est une approche presque érotique qu’il y a avec le livre, par le contact avec le papier utilisé, l’odeur qu’il renvoie, et c’est vrai que l’on a tous des souvenirs en tête quand l’on entre dans une vieille bibliothèque.

De l’autre côté se trouve l’ennemi absolu, celui qui n’est même pas capable de se rappeler depuis quand il a ouvert un livre. Mais peut-on lui en vouloir aujourd’hui ? J’entends partout que nous lisons de moins en moins, que les jeunes qui se posent un après-midi dans un parc avec un livre sont une espèce rare. Que l’addiction aux smartphones aura signé la fin de l’édition, car les gens n’ont plus le temps de lire. Et pourtant, que faisons-nous sur nos téléphones si ce n’est pas lire ? Lire des articles, des blogs, ou encore ses réseaux sociaux. Oui, nous lisons tous aujourd’hui au format numérique, et nous sommes même l’une des générations qui lit le plus. Mais alors, pourquoi cette réticence envers le livre numérique ?

Le format numérique, premier pas vers le papier ?

Je me suis rendu compte aujourd’hui que les habitudes que j’avais dans l’achat d’un livre avaient changé. Il devient rare que je découvre un livre par hasard dans les rayons d’une librairie. Quand je regarde mes derniers achats au format papier, je crois bien que c’est dans un premier temps sur internet que je les aie découverts. Je me suis même osé lire les premières pages au format numérique avant de l’acheter au format papier.

Mais alors qu’en penser ? Le numérique serait-il devenu essentiel pour le monde du livre papier ? Je pense qu’avec la multiplication du nombre d’auteurs et d’éditeurs, il est devenu très compliqué de faire connaître un livre. Je ne pourrais vous dire le format que je préfère entre le livre numérique et le livre papier, mais pourtant quand j’ai aimé un texte au format numérique il faut absolument que je l’achète au format papier.

Et vous, vous êtes plutôt format numérique ou format papier ?